alainlemasson.fr

alainlemasson.fr
 


 

   
Bienvenue sur mon site !

  

https://www.blog4ever-fichiers.com/2008/01/166251/artimage_166251_2475646_20100324341238.jpeg

  

 


Articles, écrits, voyages, images, ..... 

 

 

 

 
 

 

Septembre 2017

 

Mon dernier article dans La Tribune  (clic sur image)

 

LT.jpg    

Un scénario probablement impossible,.. encore que sondages et manifs semblent indiquer un basculement de l'opinion. C'est tout de même stupéfiant de voir en direct la lente destruction d'un pays suite à une campagne absurde des populistes.Mais le pire est que ce qui se passe chez nos voisins anglais ne semble pas affecter ceux qui ont voté populiste au 1er tour de la Présidentielle française.  Pas plus que le spectacle surréaliste d'un Président américain qui défigure l'image d'un peuple...

Le Président de l'ASMP m'a proposé de venir le voir suite à la publication mon article "Enseigner l'économie autrement" paru dans Les Echos en juillet dernier.  L'ASMP c'est l'Académie des Sciences Morales et Politiques, et son Président est Mr Pébereau, qui m'a reçu dans son bureau de BNP Paribas. A son avis le nouveau ministre a tout pouvoir pour modifier le programme du bac SES, en donnant plus d'importance à l'étude de l'entreprise notamment. Il m'a encouragé dans mon entreprise d'enquête européenne sur la manière dont l'économie est enseignée chez nos voisins. Nos opinions convergent sur un point central: il faut former les jeunes à l'éco-fi de manière plus concrète pour qu'ils comprennent l'absurdité des programmes populistes français. 

 

 

 

Août 2017

 

Beaucoup de choses en cours. 

 

Projets d'articles ... il y a longtemps que j'y pense: écrire en anglais. Non pas traduire, mais re-écrire sur les thèmes que j'ai abordés ces dernières années. Et pour le franco-français, je songe à la diversification de mes supports ("Le un", Le Figaro, Le Monde, La Tribune ...), ce qui impose que mes sujets soient plus généraux. Et pourquoi pas, des journaux francophones (Belgique, Canada, Suisse...). 

Les sujets?

Pléthore: un plaidoyer pour l'annulation du brexit, une idée pour négocier avec les syndicats, une idée pour l'Europe: créer deux ministères européens, Défense (France) et Economie (Allemagne), refaire l'histoire (vraie) des subprimes, (re)dire tout le bien que je pense de la BCE et des taux négatifs, dénoncer le pessimisme absurde de la désindustrialisation et du déficit commercial, PME allemandes: pourquoi ça marche mieux qu'en France et ce qui pourrait être transposé, etc ...

 

Projets de livres
-
J'ai commencé "La finance expliquée à mes enfants". Très sympa à écrire, et formidablement efficace, me semble-t-il, au plan pédagogique. Ce genre autorise les répétitions, les interruptions, donc tout ce qui donne de la vie au récit. Reste à voir la réaction des enfants en question le moment venu. Et je vais tâter la réaction des éditeurs dès que j'aurai atteint la centaine de pages.

- Je réfléchis à une deuxième mouture de "Banque Finance Economie pour tous". Mais je ne recommencerai pas mon erreur: ce titre n'est pas assez accrocheur et rend très difficile le classement du livre dans les librairies.. Il me faut lier le nouveau titre à la cible que je souhaite atteindre, une cible toute trouvée à partir des réactions suscitées par mon article de juillet "enseigner l'économie autrement". Cette cible: les profs et élèves de Lycée. Donc un livre scolaire ou para-scolaire. Un petit livre pas cher, une sorte de vade-mecum pour lycéens (et profs) curieux. Le titre? Quelque chose comme "Trois quatre choses que les lycéens doivent comprendre en éco-fi" ou "Pour une Culture Générale écofi au Lycée" ou encore ..

 

Mon site infofi2000.com

marche de mieux en mieux. Le nombre de visiteurs devrait atteindre les 30 000 cette l'année. Un succès commercial donc. Je songe, là aussi, à une version anglaise. Mais quel boulot: le site représente l'équivalent d'un livre de cinq cents pages, et je ne cesse de l'enrichir au fil des ans. L'idée serait de faire d'abord une traduction automatique, et de travailler ensuite sur le résultat obtenu, mais ça reste un boulot considérable...

 

 

Juillet 2017

 

Mon dernier article dans Les Échos (clic sur image)  paru dans l'édition du week-end 

Petite PHOTO LE.jpg

 

Royaume-Uni Ce qui m'a frappé dans l'actualité de ces dernières semaines : l'effondrement personnel et politique de la PM anglaise. T. May a fait une prestation terrible à la télévision dans le cadre de la campagne. Terrible parce que, asticotée par l'interviewer vedette de la BBC, un coriace, elle a révélé une méconnaissance incroyable de l'économie. Presque pitié pour elle. Quand on pense que ce pays s'engage dans une voie suicidaire, qui va le marquer pendant des années, tout ça à cause d'un référendum absurde orchestré par les populistes anglais et les tabloïds. Déjà les sondages ne sont plus en faveur du brexit. Ah si les Anglais pouvaient revoter.

Quant à Trump, on va voir si le système américain, si pragmatique dit-on, va réussir à expulser ce poison de la scène politique...

 

 

Avril 2017

 

It's the economy, stupid Bizarre campagne franco-française. Les silences. Rien sur la situation géopolitique mondiale, le chaos économique annoncé en Grande Bretagne, habilement et médiatiquement géré par May. Rien sur la Corée et les menaces nucléaires, sur les Trumperies. La moitié des Français sont favorables aux programmes "économiques" des candidats extrémistes de droite et de gauche: refus de la mondialisation, fermeture des frontières, distribution de pouvoir d'achat. On raccourcit la semaine de travail, ollé! On diminue l'âge de la retraite, ollé! Il y a même une agrégée d'économie parmi ces candidats. Et pas une voix "qualifiée" pour contre-argumenter posément.

 

Législatives J'ai postulé (clic) pour représenter EM. Sur le papier, zéro chances: 14 000 candidats, 300 places, et je ne bénéficie d'aucun réseau existant ou association. Donc visibilité nulle au départ. Mais qui sait? L'idée est excitante, s'organiser, trouver un local, recruter des aides, faire imprimer et distribuer des tracts. Parler sous les préaux d'école devant 10 personnes, puis 20 ou 50. Quelle aventure! Sur quoi je ferais/j'aurais fait campagne? Deux sujets: 1-L'aide concrète aux PME. Transposer en France ce que j'ai vu dans mes six années passées en Allemagne à financer .. les PME justement. 2- Expliquer les sujets économiques et l'Europe avec des mots simples: le marché unifié, l'euro, la bourse, la gestion d'une PME, etc... 

 

L'enseignement de l'économie Elu ou pas, ce sera mon cheval de bataille ces prochaines années: changer l'enseignement de l'économie au Lycée (SES) et dans les écoles de commerce / écoles d'ingénieurs. Des tas d'idées là-dessus, dans le sillage de mon livre.

 

 

Mars 2017

 

Publication de mon dernier livre   (clic sur image)

 

1.jpg    

 Ce livre est extrait de infofi2000.com,  "La finance  pour les  non-financiers",

un site de e-learning que j'anime depuis sa création il y a quelques années.

 

  

Janvier 2017

 

Premier ARTICLE de l'année Le deuxième en fait sur le sujet du quantitative easing.  

 

    (clic sur image) 

LE AL.jpg   

 

ENSEIGNEMENT DE L'ÉCONOMIE Plus que jamais la faiblesse de l'enseignement français dans ce domaine montre ses conséquences négatives. Une large partie de l'opinion avale sans broncher les programmes de certains candidats hélas populaires. Le levier bien connu de la critique tous azimuths fonctionne à plein. L'Europe, l'euro, le commerce extérieur, les entreprises, les banques sont attaqués sans relâche. Et ça marche pour 30% des Français, et peut-être plus. Le "camp d'en face" peine à faire valoir la dimension positive de l'Europe et de l'euro, les bienfaits de la science et des échanges internationaux, le rôle positif des "élites" du monde de la santé, de la grande industrie et de la finance.

L'enseignement en France ne prédispose pas à mesurer l'importance des sujets économiques, ... alors que l'économie est partout! 

 

 

BREXIT Quel chaos en perspective! Les déclarations martiales de la PM ne changent rien au problème immense posé à l'économie britannique. Les exportations et l'industrie financière vont être touchées par la destruction du système d'échanges et d'accords négociés patiemment avec les Européens.

Et quel dilemne pour l'Europe! La tentation de dire "chiche" aux Anglais pour une sortie "dure" s'oppose au sens de l'histoire qui est de prévoir que les Anglais reviendront un jour.

Et quel exemple pour les partis extrêmes qui vont évidemment occulter les problèmes posés et se réjouir à coup de: " Ils l'ont fait, on peut le faire aussi!". . 

 

L'opinion anglaise s'inquiète tout de même. Réunions, conférences, livres se sont multipliés ces six derniers mois. Il y a deux jours, un prof éminent du Kings College intervenait sur les conséquences du brexit devant une salle comble à Notting Hill, pour conclure "finalement le brexit ne va profiter à personne". Silence en France 

 

 

DT  "mes enfants ne me parleront pas"

Pas un mot ici sur le fiasco de la conférence de presse du futur président américain. La forme: un "cirque" selon Le Spiegel. Le ridicule des documents juridiques étalés sur une table pour épater le monde, la grossièreté du bonhomme face au journaliste de CNN. Et sur le fond, la preuve de sa capacité à éviter les conflits d'intérêts: "mes enfants vont s'occuper de mes affaires, ils ne me parleront pas".

 

 

ASSAD ce court article , écrit il y a 5 ans (déjà !!!), n'a pas pris une ride...

 

 

 

Novembre 2016

 

INCROYABLE AMÉRIQUE ! Personne ne sait, personne ne voit. Chefs d'État, marchés, journalistes, "pundits", philosophes, rien, nada, nitchevo. Que va faire Trump le Fou? La séance bisounours avec Obama et Paul Ryan, les balbutiements timides du Fou au sortir du bureau ovale avaient hier des cotés surréalistes. Oubliés les hackers (russes?) qui ont volé les emails, oublié le FBI tueur de candidate à J-3, oubliés les gouverneurs républicains empêchant le vote des minorités (New York Times), oubliée la déferlante de haine du Fou... Et pendant ce temps, en France, la sorcière trempe ses quignons empoisonnés dans son brouet misérable et populaire. Oubliée la police privée du FN qui tire manu militari les femens d'une chambre d'hôtel le 1er mai dernier (que n'auraient dit nos bons pensants si ça s'était passé pendant un meeting de Sarko ou Hollande, "Oh Jésus, quelle atteinte à la démocratie"), oubliée la condamnation de la sorcière pour fraude sur ses indemnités au Parlement Européen, oublié son rejet de l'euro et de l'Europe. La machine infernale est lancée chez nous. "Mais non, t'inquiète, elle ne sera pas élue". Oui, mais combien de députés, et le tour suivant. "Mais non. Calmos, tout va bien. Regarde un peu Sarkoppé en débat, ça te fera dormir." Et au réveil, prend donc un petit joint de Mélenbourg" ... Ollé, mon pays est dans de futures bonnes mains.

 

Octobre 2016

Brexit  
Pour la première fois, en temps réel, une publicité phénoménale pour l'Europe: la liste des avantages perdus par l'Angleterre. Une vraie série télé en plusieurs épisodes. Voilà qui mérite un petit article! 

 

 

Septembre  2016

Stiglitz: faites-le taire!
Depuis plus de quinze ans, ce prix Nobel, en bon patriote américain que la puissance de la monnaie européenne dérange, ne cesse d'attaquer l'euro dont il annonce périodiquement la fin. Dans son dernier livre, il le fait habilement, en adoucissant ses attaques frontales: il ne démolit plus, mais propose des "réformes pour sauver" l'euro. En fait un mix de propositions politico-économiqes archi-connues (Union bancaire, eurobonds, fédéralisme accru...), dont la plus belle est de couper l'euro en deux pour le sauver... A ce prix Nobel on peut en opposer un autre, Robert Mundell, créateur du concept des Zones Monétaires Optimales. Le-dit Mundell a lui aussi annoncé la fin de l'euro... pour finalement changer d'avis après être venu en Europe voir les choses d'un peu plus près. Terrible l'autorité que confère une médaille obtenue il y a belle lurette. On est prêt à croire Stiglitz sur parole. Sait-il seulement qu'avec son discours négatif sur l'euro il est l'allié objectif et ô combien puissant des souverainistes et populistes français qui préfèrent détruire à construire? Comme beaucoup, il sort de son domaine de compétence pour parler de ce qu'il ne connait pas, la politique. (Mea culpa...qui ne le fait pas?) Article en cours.

 

Internet le pire et le meilleur. Le pire c'est la distribution quotidienne de la critique superficielle et de la haine.  Du rejet haineux des autres. Les contre-pouvoirs ont disparu. L'encadrement familial, religieux ou scolaire n'exerce plus son rôle de garde-barrière. Pères de famille, sermon du dimanche...les temps changent. Le FN est l'enfant hideux  et obèse, nourri du lait-poison des réseaux sociaux. Le remède? A part une réforme de l'école, I do not know...Article en cours.

DOJ: chapeau l'artiste 
La Deutsche Bank menacée par une amende kolossale. Le gouvernement US ne manque pas d'air et son affaire ne manque pas de sel. Responsable et coupable de la crise des subprimes, il utilise la force formidable de l'appareil judiciaire américain pour faire payer les "riches", c'est-à-dire les méga-banques. Je vais développer ce sujet dans un article. En fait, je vais mettre à jour  mon article publié par les Echos il y a .. zut cinq ans déjà! Nouveau: je vais montrer ce que je crois être l'astuce juridique utilisée pour faire plier les banques. Comment suis-je venu sur cette piste? Ma propre expérience de la titrisation en Allemagne.

 

ARTICLE: "QE: Et si Mario Draghi n'avait pas tout dit"  Le titre, le sous-titre et la photo sont ceux des Échos. En deux mots: je développe dans cet article l'hypothèse que le QE permet aux banques d'augmenter discrètement leurs fonds propres, bien au-delà de l'inconvénient des taux négatifs pesant sur leurs liquidités non utilisées (le calcul est facile à faire). 

            

Voir l'article  d'origine : Les subtilités du quantitative easing (clic)

  

 

 

Août 2016

 

ARTICLE  "Les mirages du Frexit" Ma nouvelle contribution, deux mois après mon article sur les dangers d'un retour au franc. Le titre original, modifié par les Echos  était "Brexit et Frexit". Sujet: la sortie de l'Europe signifie la sortie de l'euro et le retour aux dévaluations. .... Et toujours sous le coude, un article sur la défense de l'Europe. 

 

(clic sur image) 

@ Frexit 4.jpg

  

Nouveau livre en cours Le sujet: les clichés sur la banque, la finance et l'économie. Ce livre se veut grand public et donc facile à lire. J'essaie d'adapter au format livre mon site de e-learning "infofi2000.com" . Moins simple qu'il n'y parait. Je dois le "livrer" avant octobre si je veux une publication au début 2017. La pression motive... 



Juillet 2016

 

 

Les Élites il est de ton de dénoncer les Élites en France. J'ai été de ceux-là, mais tout compte fait, j'ai changé d'avis, et préfère ces "conformistes, pauvres en idées.." à ceux qui les dénoncent en voulant prendre leur place. Comme tout le monde, je n'aime pas l'arrogance des "élites", Mais on est tous l'élite de quelqu'un et nous ne sommes pas tous arrogants.

Des énarques négocient intelligemment des traités internationaux qui nous sont favorables. Des polytechniciens construisent des ponts et conçoivent des centrales nucléaires. En silence. Des chirurgiens brillantissimes font leur job dans l'abnégation. Des jeunes diplômés créent des start-ups. Des profs dévoués font plus que leur job... On voudrait dénoncer les "élites" à partir de quelques cas particuliers ?

Après tout, l"ENA, Polytechnique, la Fac, les Écoles de Commerce, tout le mode peut y accéder. C'est la méritocratie, l"égalité des chances, En France, on peut faire l'ENA, ou de hautes études à tout âge. La pauvreté des idées? C'est ainsi que l'Education nationale forme les élèves au début, en privilégiant la mémoire au jugement. Mais après, chacun évolue, prend du recul, critique, bref gagne en maturité. Il vaut mieux accéder à la capacité de penser en sachant ce que les grands penseurs ont pensé, sinon, on se laisse embobiner par les discours de rejet, et de haine.

La vérité du monde est complexe. Ceux qui nous jettent des idées simples au visage nous trompent. C'est facile de critiquer les "élites", et après on fait quoi? On vote pour des incultes qui vocifèrent, des incultes à la Trump, qui choisissent des choses simples et négatives sans être capable de construire. Le travail et la connaissance l'emporteront toujours sur les discours négatifs et porteurs de fausses promesses.

Cela dit, c'est vrai que le discours politique français est pauvre, mais il y a une différence entre le discours électoral et les actes de gouvernement. Je préfère les H/F politiques (non idéologues) de droite ou de gauche aux beaux-parleurs des extrêmes qui promettent des lendemains qui chantent en se contentant de décrier les dirigeants actuels.

Ce qui m'a fait changer d'avis ? Le suivi au centimètre sur CNN de la campagne américaine. L'absence complète d'idées du camp de Trump et la qualité des intervenants démocrates. Je crois que j'irai faire une troisième campagne pour les démocrates, fin octobre, en volontaire ... c'est toujours sympa de croiser d'autres volontaires et les américains "mainstream" comme on dit, ...qui m'aime me suive .... quant à mon pays, je ne sais pas quoi faire .. sinon plaider pour l'Europe et l'€uro ...

Juin 2016

 
ARTICLE  "Défendre l'euro" ma contribution pour essayer d'étouffer la menace de Frexit, une tribune parue le 30 juin dans Les Échos. Ce Brexit m'a ouvert les yeux sur mon ignorance de l'Europe, dans sa dimension juridique, son organisation des pouvoirs, les interractions commission-parlement-Étas-membres. Je m'attelle dès aujourd'hui à combler cette ignorance. A étudier   l'argumentation des souverainistes. Et prépare un nouvel article "Défendre l'Europe". Oui, écrire aide à penser...  

 

(clic sur image)                                                           

Déf €b.jpg

 

Brexit  Puisse l'opinion publique française ouvrir les yeux et comprendre que ce qui se passe sous ses yeux en Angleterre est énorme. L'auto-destruction d'un grand pays! L'absurde réponse à ce qui était au départ le rejet de l'immigrant, monté en épingle par des hommes politiques médiocres, Farage (clône de Le Pen) et Boris Johnson (clône de Trump) en tête. Habiles manipulateurs du besoin de détruire que chacun porte un peu en soi ..... sans oublier les "souverainistes" français bon chic bon genre qui sous couvert de culture et d'histoire plaident pour le détricotage de l'Europe, devenant ainsi les alliés objectifs du FN.

 

Brexit J'espère que la Reine refusera de nommer Premier Ministre le populiste en chef Boris Johnson. C'est dans ses prérogatives, elle peut le faire. D'ici-là l'opînion anglaise aura réalisé l'étendue du désastre: désastre politique (l'Écosse et l'Irlande veulent faire sécession) économique (le chaos immédiat, le chômage) et sur la scène mondiale, l'affaiblissement immédiat du Royaume Désuni dans les négociations avec les grands: USA, Chine,... Europe

 

 

Avril 2016

École Centrale de Pékin  Conférence sur le thème "Banques et Marchés". Ce qu'à mon avis les futurs ingénieurs doivent savoir dans ces domaines pour être à l'aise dans l'entreprise et dans la compréhension de l'actualité. Pourquoi est-ce important, que faut-il apprendre et comment l'apprendre. La matière m'est familière: celle de mon site infofi2000, que j'ai présenté. Du concret, l'approche transversale de banque-finance-économie. Le patron de Polytechnique préconisait il y a quelques semaines "il faut pour les élèves-ingénieurs un enseignement plus concret et moins quantitatif de l'économie". A mon avis, il faut aller plus loin. Parler d'économie sans parler de banques et des marchés, il reste quoi ? La pensée économique, les débats sur l'offre, la relance keynesienne, Schumpeter ou Friedman, oui mais ça ne permet pas de comprendre l'austérité, le quantitative easing ou la titrisation.... dont il est chaque jour question dans l'actualité. Voir ici  ma Présentation

 

 

Nouvel article  les subtilités du quantitative easing  (à paraître dans Les  Echos ) j'ai analysé de près ce fameux quantitative easing et découvert derrière l'objectif "officiel" (relancer l'inflation) des buts plus importants: l'aide aux banques pour reconstituer leurs fonds propres, le transfert de la dette dans le bilan de la BCE. N'a l'air de rien,  mais c'est énorme: la France dépend de moins en moins pour financer ses déficits. L'épée de Damoclès d'une hausse des taux s'éloigne. Même si avec les taux négatifs, ce sujet peut paraître bien abstrait.

 

 

Janvier 2016

INFOFI2000
 mon site de formation à Économie - Banque - Finance se développe magnifiquement avec plus de 20 000 visiteurs par an. Me prend beaucoup de temps pour la mise à jour et son amélioration, car la matière ne cesse d'évoluer.

La matière? L'actualité économique et financière: principalement puisée dans les Échos, deux chaines TV en continu, BFM Business et Bloomberg. Sans oublier la presse internationale analysée chaque jour: Financial Times, Spiegel, Handelsblatt, ilsole24ore, New York Times.

Je progresse en clarté et en concision dans l'explication des phénomènes. Ma chance, mon avantage comparatif devrais-je dire, c'est le temps. Bonheur de celui qui peut vivre sa vie sans avoir besoin de la gagner. Bonheur de ma connaissance des langues qui me permet de m'informer sous plusieurs angles de vue.  Une double liberté inouïe et qui m'est chère.

De cette matière bouillonnante jaillissent des idées d'amélioration du site et surtout des idées d'articles qui dépassent le rythme d'accueil des Échos (3 ou 4 par an). J'envisage de passer  à l'anglais pour étendre un peu mes possibilités d'édition, un nouveau challenge.

Plus que jamais je pense qu'il y a un déficit de culture éco-fi en France, dès le Lycée, et que cet élément n'est pas étranger au rejet français de tout ce qui touche à la finance, aux marchés et à la banque. J'ai d'ailleurs publié un article là-dessus dans les Échos.

Les choses vont plus loin. De ce que je lis et de ce que j'entends, écrivains, philosophes, intellectuels sont dans le déni des choses de l'argent, avec plusieurs conséquences, philosophiques et politiques. Qui a vraiment pesé l'importance du repli économique et de l'abandon de l'euro prôné par certains. Qui a bien compris ce que "austérité" veut dire?  Et l'Europe: qui se soucie de la guerre économique internationale et d'un nécessaire bastion. Que de faux débats, de "non, non et non" par simple incompréhension du paysage et de la "mondialisation libérale".

Voilà, les sujets abondent et 2016 sera à n'en pas douter une année féconde ...

Entre autres projets, j'ai celui de faire l'analyse des programmes du bac dans les pays européens, de manière à voir comment l'économie est enseignée. J'ai commencé avec la France. Ce que je découvre est édifiant. Pas un mot sur la banque, le crédit, l'importance de la banque et des marchés pour la croissance.  On ne parle que des problèmes d'inégalités et de l'importance de la régulation ... y a du boulot!

 

 

 

Décembre 2015 

 

Nouvel article une idée de novembre 2014, aider les PME, une idée allemande, pourquoi ne pas utiliser en France cette disposition allemande qui institue un "Conseil d'appoint". Composé de membres choisis par le patron de l'entreprise et qui n'interviennent pas dans le management. A mi-chemin entre le conseil d'administration et la société de conseil. Grand succès dans les PME allemandes, comme j'ai pu m'en rendre compte.

 

 

Octobre 2015 

 

Incroyable Corée du Nord

 

 

 

 
 

 

Septembre 2015                                   

  

NOUVEAUTÉ SEPTEMBRE 2015  Ré-édition de mon livre paru en 2011 

 

Sujet comment les entreprises coopèrent avec les banques ou mieux, créent leur propre banque afin que les commerciaux discutent "d'une seule voix" vente ET crédit avec la clientèle.Disponible par commande directe auprès des ÉDITIONS GERESO (livre ou e-book) ou dans la plupart des librairies, FNAC, etc ...

clic sur image 

00 couv.jpg

 

 

 

 

 

Mai 2015

 

Beaucoup de choses à dire ces derniers temps. Je commence par ceci, publié sur facebook.

 

100.jpg

(cliquer pour agrandir)

1001.jpg

 

 

Avril 2015

 

Bien des sujets, en vérité:
- Politique: un job difficile et compliqué, les exemples Sarko, Obama, Hollande
- La menace FN: oui menace, car programme mortifère et leaders médiocres
- Les réformes: pourquoi ce silence médiatique sur ce syndicat capable, avec peu de monde, de bloquer l'énergie, les transports, la presse, la télé, la radio...
- BCE et quantitative easing, un coup de billard à plusieurs bandes qui vise aussi à renforcer les banques
- Chômage: l'explosion du digital menace les emplois non qualifiés de demain. Seul amortisseur: ... l'emploi public, quoi qu'on en pense !
- Allemagne: la peur que ce pays inspire depuis Bismark pourrait expliquer bien des réticences à suivre l'idéal européen

 

Janvier 2015

 

Finalement, créer ou se joindre à des moments de bonheur n'est pas difficile. Mais que faire entre deux? La question est celle du bonheur durable. Bonheur, bonne heure, condamné à ne durer qu'une heure. Des moments de bonheur espacés comme les perles sur un fil. Où va ce fil? Collier ou chemin. Le cercle ou la flèche ...  Pour commencer l'année.

 

"LA" Manif  d'abord merci à Mahomet, sans qui rien de tout ceci n’aurait été.  Ma première manif . Objectif Nation, pour voir les choses à l’envers. Métro bondé, un monde fou sur la place. J’escalade la statue centrale. J’y resterai deux heures. Sur la micro-plateforme, nous sommes cinq. Un couple juif avec des pancartes noir et blanc, brandies en alternance. Un camerounais musulman. Deux étudiantes délurées. Plus haut, accrochée à la puissante cheville en bronze de Marianne, une blonde marrante en train de prendre des photos. Nous sommes tous X, Y .. Z. Deux heures à discuter, échanger, plaisanter, et regarder. Des tas de gens tournent le dos à la foule et nous prennent en photo. Nous mangeons des dattes. Quelle histoire ! L’esprit de tolérance était au bord du gouffre. Mais aujourd’hui, il a fait un grand pas.

Anecdote: à un moment, mon voisin (juif) agitait  sa pancarte souple "Je suis ...". Avec le vent, j'ai lu "Jesus". Je lui ai dit, il en rit encore ... Entre deux rire, nous avons parlé du judaïsme, racisme du christianisme ... entre deux dattes.

 

 

 

Novembre 2014 

 

Combattre les clichés sur la finance un sujet qui me tenait à coeur depuis longtemps. "La finance est déconnectée de l'économie réelle, la folle spéculation financière, ..." on n'entend plus que ça. Le travail pédagogique lié à mon site infofi2000.com m'a conduit à une manière simple d'expliquer les sujets financiers. Avec à la clé, une audace philosophique: les marchés sont le lieu de transformation du temps court et du temps long.

 

Idées d'articles  

- L'esprit européen: louer le courage de l'ancien ministre français qui redevient étudiant à l'INSEAD; coup de lumière sur cet établissement peu connu et prétexte à encourager d'autres initiatives propres à créer un esprit européen positif.

- Métiers politiques: comparer les profils de la chancelière allemande et du Président français, l'habileté manoeuvrière, le faible charisme, la lenteur de décision (surtout du coté allemand), le manque d'idées (apparent) et surtout l'énergie consacrée à gérer le déferlement médiatique

- Lumière sur la TGC (à l'envers pour échapper aux moteurs de recherche) Un article sur la SNCF d'un spécialiste des organisations me fait bondir: il attribue les errements du train français à des erreurs de management; pas un mot sur les blocages générés par ce syndicat .

- Journal d'un banquier allemand: un livre en fait, résumé de mes impressions et prétexte à donner ma part  de vérité sur notre voisin ...

- De Gaulle et tweeter: le général aurait-il résisté aux piqures de guêpes des réseaux sociaux et à l'étalage de la vie privée ?... comment aurait-il géré les médias, médiapart et autres paparazzi qui l'auraient suivi à Londres ?

<span style="font-family